Acupuncture & Neuralethérapie

Acupuncture-3

La médecine traditionnelle chinoise (MTC) décrit en effet de nombreux moyens de prévenir ou de traiter toute une gamme d’affections touchant aussi bien la bouche que les dents ou encore la salive. Cet ouvrage réunit les données de l’odontostomatologie en MTC , tant physiologiques que physiopathologiques et thérapeutiques.

Un chapitre est spécialement dédié à la neuralthérapie. Ce domaine est particulièrement familier pour les dentistes qui sont régulièrement confrontés à des infections chroniques, à des foyers irritatifs ou encore à des cicatrices toxiques.

La neuralthérapie, découverte dans les années 1920 par les frères Huneke, médecins allemands, utilise les propriétés des anesthésiques locaux pour rééquilibrer les systèmes de régulation perturbés.

La neuralthérapie possède deux applications principales: La thérapeutique segmentaire, basée sur des injections aux endroits où se manifestent des douleurs, du prurit, des dystrophies ou d’autres signes pathologiques. Le phénomène de Huneke qui consiste en l’élimination d’un champ perturbateur  qui induit des lésions ou des troubles fonctionnels à distance.

On peut distinguer Trois Techniques d’application:

     

– La « neuralthérapie focale » qui consiste au traitement localisé des champs perturbateurs. Cette méthode largement diffusée dans les pays de langue germanique et hispanique est malheureusement peu connue chez les francophones, oubliée au profit de la « mésothérapie ».

 

   

– La « neuralthérapie segmentaire » ou topographique, dont l’ostéopathie est un équivalent élégant, exemples :

  1. asthme sur irritation du stellaire et 1ère cote,
  2. mastodynie et dysfonction,
  3. hernie hiatale et dysfonction, 
  4. l’acupuncture et la chromatothérapie agissent aussi à ce niveau.

– La « neuralthérapie humorale » consiste en une injection IV de 1 cc de Procaïnate de caféine, qui agit en déprogramment les « boucles mémorielles » au niveau du tronc cérébral …

L’expérience prouve que dans 50% des foyers, c’est un problèmedentaire , d’où l’intérêt de toujours examiner la bouche et de demander un cliché panoramique en cas de doute.

Dans les autres cas, nous allons surtout trouver :

  1.  des cicatrices toxiques, cutanée superficielle, muqueuse, ou profonde,
  2.  des foyers inflammatoires ou infectieux profonds ou d’un corps étranger,

 On observe aussi souvent des troubles neuro-induits qui deviennent secondairement des foyers perturbateurs, c’est le cas des discopathies rachidiennes qui se chronicisent.

A Votre Service